Instruments

L’archet violon : Description, outils et conseils pour bien jouer !

En matière de musique, ce qui compte avant tout c’est l’instrument. C’est en effet lui qui est tributaire de la cadence et de la gamme de la mélodie. Chacun y va donc de son gout. Il y a ceux qui ont des tendances fortes et adorent les percussions, il y a ceux qui sont plutôt de tendance douce et sensuelle, et il y a enfin ceux qui ont un penchant pour ce qui est exotique. Parmi les instruments de musique, il y en a un qui fait l’unanimité. Par sa forme très atypique qui le laisse se fondre dans la même famille que les instruments à cordes, il sait sublimer les sens en offrant une mélodie haut de gamme. C’est justement ce qui fait de lui un instrument de musique de luxe, un instrument de musique très privilégié dans les spectacles de grande envergure. Il s’agit du violon. Ce qui fait la particularité du violon, c’est non seulement la forme de l’instrument, mais aussi l’archet qui forme corps avec lui et qui permet d’y jouer. Vous êtes amateur de violons et vous voulez en savoir davantage sur l’archet violon ? Vous voulez découvrir des astuces pour mieux jouer à cet instrument de musique ? Trouvez des réponses dans cet article où nous vous faisons voyager dans le monde du violon et de son archet.

L’archet violon : qu’est-ce que c’est concrètement ?

D’un point de vue étymologique, le mot qui désigne l’outil en question signifie « petit arc ». Il vient en effet du mot arc et désigne un instrument dont l’usage remonte au temps primitif. L’archet tel que nous le connaissons aujourd’hui est un modèle complètement différent de celui traditionnel. L’archet moderne, compagnon indissociable du violon, est un outil qui mesure généralement 75 centimètres. Avec un poids de 55 à 65 grammes selon le modèle, l’archet peut être décrit comme une fine baguette de bois fabriquée par un artisan appelé archetier. Le bois ayant servi à la fabrication de l’archet peut être du Pernambouc ou toute autre matière telle que la fibre de carbone. L’important, c’est que le matériau dote la baguette d’une flexibilité, de la longévité et de la résistance face aux variations de température et à l’humidité. Ce qui fait que l’archet a sa valeur, ce sont les crins de chevaux tendus d’une extrémité à l’autre qui le garnissent et qui permettent de jouer du violon ainsi que d’autres instruments de musique qui se jouent grâce au frottement de corde.

Description de l’outil

Comme la plupart des outils, l’archet violon a différentes parties. Ce qu’on connait le plus sur l’archet violon, c’est le talon qui permet de tenir l’outil et la tête qu’on reconnait à sa position à l’extrémité haute de l’archet. Mais, tout ne s’arrête pas là. L’archet violon a plusieurs autres parties. Il s’agit (en plus de la tête encore appelée pointe de l’archet, et du talon) de :

  • La baguette ;
  • La poignée ;
  • La mèche ;
  • Le bouton.

La tête de l’archet et sa composition

On peut la considérer comme la partie supérieure de l’outil. À l’intérieur de la tête de l’archet violon, on distingue parfaitement la mortaise. C’est sur la mortaise que sont fixés les crins de la mèche. Sa solidité est importante pour l’efficacité de l’outil en général. La tête de l’archet est totalement recouverte d’une protection. Cette protection est appelée la plaque de tête. Pour bien jouer son rôle de protection et en même temps conférer de la valeur à l’outil, la plaque de tête est conçue en matériau précieux. Chaque fabricant choisi selon ses moyens entre :

  • l’ivoire de mammouth (fossile) ;
  • l’ivoire d’éléphant ;
  • des nacres ;
  • de l’argent ;
  • de l’or ;
  • des bois rares de forte densité comme le Pernambouc ou l’Ébène.

Ces matériaux ci-dessus sont évidemment chers et donc exclusivement retrouvés sur les archets violon de luxe. Pour les modèles plus abordables et donc grand public, l’archetier peut recouvrir la tête de l’archet avec une plaque en galalithe. C’est un polymère qui adopte le même aspect que l’ivoire et qui se travaille de la même manière.

Le talon de l’archet et sa composition

Au niveau de cette partie de l’archet violon, on peut remarquer la hausse. Celle-ci est une partie amovible fixée par une longue vis insérée à l’intérieur de la baguette. C’est son extrémité qui est le bouton visible au bout de la tige de l’archet. Pour orner la tranche extérieure de la hausse, l’artisan peut la recouvrir de nacre ou de toute autre matière proche de cette dernière. C’est ce qui fait que la hausse peut finalement se retrouver décorée des deux côtés par une pastille de nacre ou, pour les modèles de luxe, d’un matériau précieux comme :

  • l’argent ;
  • l’or ;
  • l’écaille de tortue.

Le travail essentiel de la hausse est de régler la tension des crins. Ceci se fait par l’enclenchement du mécanisme à vis et écrou situé à son intérieur. De cette façon, les crins passent délicatement dans la bague et sont enroulés autour d’une cale. Ladite cale est reliée au mécanisme.

Si on appelle toute cette partie « le talon », c’est à cause de sa forme. Le placement de l’archet sur la corde à ce niveau-ci rappelle en effet la forme du talon d’une chaussure. Selon le type d’archet, le talon peut changer d’angle. Par exemple, sur un archet de violon et d’alto, le talon est à angle droit. Par contre, pour un archet de violoncelle et de contrebasse, le talon de la hausse est pratiquement arrondi. Ce sont des spécificités qui s’appliquent compte tenu de la manière dont l’outil sera utilisé. En terme technique, on parlera de la prise en main.

La poignée de l’archet

La poignée est constituée essentiellement de la poussette et de la garniture. La poussette, située près de la hausse, est un petit coussinet de cuir dont le travail est de permettre une meilleure préhension de l’archet. Il faut retenir néanmoins que le cuir n’est pas la seule matière qui peut servir à fabriquer la poussette. Il y a des poussettes en galuchat ou en peau de lézard.

Suivant la poussette, la garniture est un fil de métal très fin qui enroule la baguette. La longueur de la zone enroulée peut être estimée à environ 4 centimètres. Le rôle de la garniture est de protéger l’archet de l’usure. Si le matériau utilisé est le métal, c’est pour aussi permettre d’équilibrer l’archet. Ainsi, le violoniste peut utiliser librement son outil et être dans le même temps rassuré sur la « longévité du bois de l’archet » ; la garniture permettant d’empêcher que le bois se creuse.  

La baguette en question

C’est un élément essentiel de l’archet. La baguette est conçue souvent en bois de Pernambouc. Sa caractéristique principale est la souplesse. Sa forme est relativement courbée vers l’intérieur. Pour arriver à cette forme, l’archetier utilise au départ une baguette droite qu’il soumet à une source de chaleur et à une pression de sorte à la courber lentement pendant une demi-heure sur un coin de table. Ceci est fait pour faciliter la manipulation. La présente forme permet en effet d’aligner le milieu et la pointe et le talon dans la forme définitive de la baguette. Cela facilite grandement son utilisation.

Le bouton

On peut le considérer comme un système de réglage de l’archet. Son fonctionnement se base sur le réglage de la tension du crin. Il est composé d’une vis et d’un bouton proprement dit. Afin de lui permettre de réaliser à bien sa mission, les archetiers conseillent souvent de l’enduire régulièrement de savon sec ou de graisse : cela facilite un bon mouvement de rotation.

La mèche de l’archet

C’est aussi un élément très essentiel dans la composition de l’archet. La mèche est faite de crins de chevaux. Pour la fabrication d’un archet moderne, l’archetier peut se servir de 80 à 150 crins de chevaux. Tout dépend de l’épaisseur dont il veut doter l’outil. Pour avoir les crins, on ne saute pas sur n’importe quel cheval. Ce sont les crins d’étalons de Mongolie, de Sibérie, de Mandchourie qui sont les plus conseillés. Ces crins existent en plusieurs couleurs. On peut compter :

  • Les crins noirs ;
  • Les crins bruns ;
  • Les crins gris ;
  • Les cris blonds ;
  • Les crins blancs (qui sont plus utilisés puisqu’ils sont jugés plus doux pour les archets).

Afin de permettre aux crins d’adhérer aux cordes du violon et à l’instrument d’émettre un meilleur son, on peut enduire les crins de colophane.

À propos de la colophane

Il est pratiquement impossible d’utiliser l’archet violon sans la colophane. Cela est dû au fait que de façon naturelle, les crins sont trop lisses. Par conséquent, les crins ne permettent pas au violon de produire un son. C’est la colophane qui permet finalement à l’archet de faire vibrer les cordes au moment du frottement.

Pour la petite histoire, la colophane est une résine de pin qui a la forme d’un petit bloc. Elle existe sous forme dure ou tendre.

Comment choisir son archet pour violon ?

On ne choisit pas au hasard son archet violon. En effet, chaque archet est conçu selon une taille de violon. Il faut par conséquent que la taille de l’outil qu’est l’archet et celle du violon s’harmonisent pour vous permettre de jouer dans la gamme que vous désirez et dans les meilleures conditions. Tenez aussi compte du poids de votre outil. Un archet de plus de 59 g ou 61,5 g ne vous arrangera pas vraiment.

Comment bien jouer au violon ?

La posture est la chose la plus importante ici. Afin de jouer plus facilement et de réussir l’accord, votre posture doit être idéale :

  • Le corps doit être à la fois centré et stable ;
  • Les pieds doivent être écartés de la largeur naturelle de votre bassin ;
  • Ancrez vos pieds solidement dans le sol ;
  • Détendez vos épaules ;
  • Placez le violon ni trop haut ni trop bas.
Montre plus

Antoine

Particulièrement fan de musique Country, j'ai décidé de lancer ce blog qui lui est consacré !

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close